Nos races

Lakeland terrier

En quelques mots...Prompt, apte au travail, le Lakeland est un terrier bien proportionné et compact. Il est réputé gai et intrépide, avec son expression pleine de vivacité et toujours très rapide dans son mouvement. C’est un compagnon toujours en éveil, hardi, amical et sûr de lui.HistoireIl tire son nom de la région des lacs – Lake districts – où furent sélectionnés ses ancêtres. Ce petit terrier, utilisé comme la majorité de ses cousins face au renard, fut officiellement baptisé en 1912. Il fallu attendre de nombreuses années – 1932 précisément – pour qu’une association s’occupe de son avenir dans la cynophilie britannique. Le berceau du Lakeland est très réputé aujourd’hui pour être le terrain de prédilection des veneurs britanniques spécialistes de la chasse au renard. C’est en effet contre cet animal que les ancêtres de l’actuel Lakeland étaient chargés de protéger les agneaux.

Shar Pei

En quelques mots...Calme, indépendant, fidèle, affectueux envers les membres de sa familleHistoireCette race chinoise est connue depuis des siècles dans les provinces situées le long du littoral du Sud de la mer de Chine ; elle est probablement originaire de la ville de Dialak, province de Kwun Tung.Il s’agit d’un chien de taille moyenne, actif, compact, au rein court, inscriptible dans un carré. Les rides sur le crâne, les plis au niveau du garrot, ses petites oreilles et son museau qui peut rappeler celui de l’hippopotame, lui confèrent un aspect unique. Les mâles sont plus grands et plus puissants que les femelles.La hauteur du garrot au sol est approximativement égale à la longueur du corps de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse, ceci particulièrement chez les mâles. La distance de la truffe au stop correspond à celle du stop à l’occiput.

Falcon, reproducteur

Cane Corso

En quelques mots...C’est un chien d’assez grand volume, solide et vigoureux tout en restant élégant. Ses contours nets révèlent des muscles puissants.HistoireChien de garde, de défense, de police et de pistage, le Cane Corso est le descendant direct de l’ancien molosse romain. Anciennement présent dans toute l’Italie, il s’est seulement maintenu dans les Pouilles et les régions limitrophes de cette province de l’Italie méridionale. Son nom dérive du latin « cohors » qui signifie « protecteur, gardien des fermes ». Morphologiquement, Il est quelque peu plus long que haut, et la longueur de la tête atteint 36% de la hauteur au garrot.Gardien de la propriété, de la famille et du bétail, on l’utilisait dans le passé pour surveiller le bétail et pour la chasse au gros gibier.

X-Men, reproducteur de l'élevage.

Lhassa Apso

En quelques mots...Son nom est la contraction de sa ville de naissance et du nom d’une chèvre tibétaine – Apso – réputée pour sa toison. Mais attention, sous sa magnifique toison, le Lhassa ne s’en laisse pas compter et doté d’un caractère affirmé, il saura rappeler sa présence aux intrus. Il n’est pas surnommé le petit chien lion pour rien, n’est-ce pas ? HistoirePendant des siècles, seuls les Tibétains, en particulier ceux vivant dans les Monastères de Lhassa côtoyaient ce petit chien devenu rapidement un véritable porte bonheur, mélangeant habilement mystère et authenticité. C’est une fois de plus, via la Grande-Bretagne qu’il s’implantera en Europe, dans les années 1920. Mais ce fut aux Etats-Unis que la race connaîtra un succès fulgurant, notamment comme chien d’exposition.

Chiot cocker américain né à l'élevage.

Cocker Americain

En quelques mots...D’un naturel égal et nullement craintif, il est devenu la référence plus à la maison que sur le terrain. Clownesque dans ses attitudes il fait le bonheur des adultes et des enfants, et sa petite taille lui permet de vous suivre partout. Une chose est sûre, ce compagnon extraverti mettra de la vie dans votre foyer !HistoireLe Cocker Américain est le plus petit du groupe des chiens de chasse. Avec son corps robuste et compact et sa tête aux lignes pures qui est finement ciselée, le Cocker Américain présente un ensemble parfaitement équilibré et une hauteur au garrot idéale. En station, il est bien relevé dans la région de l’épaule. Les membres antérieurs sont d’aplomb et la ligne du dessus descend légèrement vers l’arrière-main fort, musclé et modérément angulé. C’est un chien capable d’atteindre une vitesse considérable tout en ayant beaucoup d’endurance

Flèche, une des reproductrices.

Cocker Anglais

En quelques mots...D’un naturel gai, avec sa queue qui remue constamment, le Cocker Anglais est typiquement grouillant dans son action, en particulier lorsqu’il suit une piste, sans craindre les fourrés épais. Doux et affectueux avec ses proches, il est cependant plein de vie et d’exubérance. C’est un sportif qui ne peut se satisfaire d’une vie oisive. Deux mots reviennent dans la bouche des amateurs : comique (clownesque) et attachant (facile au quotidien)HistoireChien de chasse gai et vigoureux, harmonieux et compact, le Cocker Anglais est le plus connu et surtout, le plus répandu des Spaniels. La distance du garrot à la naissance de la queue doit être approximativement égale à la hauteur au garrot, ce qui signifie que nous sommes en présence d’un chien court, compact et d’une santé sans faille.

Chiot golden retriever né à l'élevage.

Golden Retriever

En quelques mots...Il a toutes les qualités pour justifier sa notoriété mondiale : aimable et affectueux, sa douceur proverbiale explique son succès comme chien de famille. Et sa popularité ne se dément pasHistoireDans la famille des Retrievers, l’indiscutable leader et locomotive, le Labrador s’est pourtant fait voler la vedette dans certains pays, par le Golden Retriever. Un chien dont les origines remontent à un retriever jaune appelé « Nous », acheté par l’Ecossais Lord Tweedmouth en 1865 et qui à force de croisements, en particulier avec une race aujourd’hui disparue, le Tweed Water Spaniel, lui aurait permis de fixer les caractéristiques de la future race. Ce n’est qu’à partir de 1913 qu’il intégra le Sporting Group du Kennel Club, deux ans après la création d’une association de race, The Golden Retriever Club. A ce sujet, si Lord Tweedmouth fut le père de la race, Mrs. Charlesworth, en fut indiscutablement la « mère », car le club, la reconnaissance de la race et le premier standard lui doivent beaucoup